2015, une année de vidéo

(et oui, après 4 ans d’absence, ils reviennent – les articles du blog – mais pour combien de temps ?… )

Depuis 2011 et l’acquisition de mon 7D, j’ai progressivement basculé mon utilisation du boitier de 100% photo / 0% vidéo à 90% vidéo / 10 % photo aujourd’hui. Je ne vais pas refaire l’histoire des 5 années maintenant mais pour poser le contexte, mon goût pour la vidéo m’amène, selon les opportunités et mon temps libre à faire des captations diverses et variées dont voici un aperçu pour l’année 2015.

Les grandes marées

Un rendez-vous que je ne manquerai pour rien au monde (enfin, surtout si la houle s’annonce dantesque). Au fur et à mesure des marées, j’ai développé une certaine préparation et un équipement adéquat pour me protéger de l’eau et du froid, la plupart des fortes marées ayant lieu au début de l’année…

Si vous voulez vous faire une grosse session grandes marées, la playlist vous attend par ici !

La Route du Fort

Qui dit évènement sportif, dit capation sportive aussi, d’une part, parce qu’on est contraint par le déroulement de l’évènement mais aussi dans mon cas, par les moyens matériels et physiques. Pour cette année, j’avais prévu en plus de la grue sur la ligne d’arrivée et d’une gopro embarqué sur un coureur, une gopro sur le milieu du parcours et deux personnes en renfort pour réaliser la captation. Ce qui a permis d’avoir pas de mal de rushes différents et de pouvoir ainsi retranscrire l’ambiance de la course.

Quelques petits bémols : la gopro à mi-parcours était inexploitable car mal placée, et il manquait des prises d’ambiance générale d’après-course, le programme s’est enchainé et on est resté fixés sur les animations autour du podium. Mais on fixera ça le 2 octobre prochain pour la 3ème édition !

Un concert de stoner

Un type de captation que je n’avais pas eu l’occasion de faire jusqu’à présent, le concert ! Et quel concert ! Du rock-métal, une salle exigüe et sombre, un public nombreux et bouillonnant !

Vu les conditions de lumière, le résultat n’était pas du tout garanti mais les Gopros ont fait le job, et les boitiers aussi. Malheureusement, j’étais un peu bloqué dans mon coin, vu la configuration de la salle et monter et tenter de se faufiler sur la scène n’était pas évident du tout (et je me suis pris la poutre qui plus est).

J’espère que j’aurai à nouveau l’occaz d’en refaire une, dans une salle un peu plus grande, histoire de pouvoir installer la grue, ça fait toujours des plans cools lorsqu’il y a un peu de monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *